Le vieux qui lisait des romans d’amour Luis Sepùlveda

Le vieux qui lisait des romans d'amour par Sepúlveda

Seuil, 1997
« Il laissa toutes ses pensées s’apaiser comme les cailloux quand ils touchent le fond du fleuve. »

J’aime la vie décrite dans cette jungle.
La jungle fait peur. Mais le narrateur nous apprend à apprivoiser ses peurs. A respecter cette nature.
Le « gros » (le chef, la limace) est antipathique, idiot, simplet, cupide, mais ne sommes nous pas tous un peu comme lui?
C’est l’histoire d’un vieux monsieur qui serait venu avec son épouse dans un village. Ils ont dû tout apprendre de la nature, des saisons, des rythmes, des pluies, des vents, des attentes, de la vie.
Quand sa femme est morte, il a appris à apprivoiser la forêt amazonienne grâce à une tribu. Celle-ci lui apprit à chasser, à se nourrir, à se protéger, à protéger la forêt et ses habitants.

C’est l’histoire d’un vieil homme qui nous met une claque à nous petit homme qui veut maîtriser son entourage, la nature, les animaux. Nous sommes des êtres pensants mais nous n’utilisons guère notre intelligence pour vivre, survivre, pour notre planète. Quel combat, celui de la bête (la panthère) et de l’homme. Qui en sortira vainqueur ? quel que soit l’issue de ce combat, l’homme est perdant !

Mon avis : ***** (coup de cœur)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :